Une « Chambre de métiers » pour le secteur culturel

Dans un esprit de structuration de la filière, nous nous sommes fixés pour objectifs de professionnaliser le secteur et de sécuriser la pratique amateur. Comment ? Par la sensibilisation aux réalités – techniques, réglementaires, administratives, économiques – du monde culturel. Un (vaste) programme porté par nos actions d’information, de conseil, d’accompagnement et de formation.

Notre équipe est reconnue par les porteurs de projets artistiques et culturels comme un interlocuteur clé pour le développement et la structuration d’initiatives. Certains voient en nous une Chambre de métiers dédiée au secteur culturel. À l’image d’une chambre consulaire, notre association est aussi un lieu privilégié de rencontre et de réseautage pour les membres d’un secteur où l’isolement n’est pas rare.

Centre de professionnalisation des entrepreneurs culturels et artistiques, Culture Action est aussi un centre ressources où trouver des informations fiables et actualisées en matière de gestion, de réglementation, d’organisation et de communication.

Acteurs publics et privés : un accompagnement au cas par cas

Depuis 2000, nous avons accompagné plus de 3 755 acteurs dans leurs projets.
Actuellement, 106 structures nous confient la gestion de leurs données sociales.
Plus de 372 journées de formation ont été proposées. Nous avons aussi réalisé une trentaine de missions d’ingénierie culturelle pour le compte de collectivités locales et de structures culturelles.

Au-delà des statistiques et de la pluralité de nos actions, nous avons surtout fait le choix de privilégier l’accompagnement personnalisé de chaque interlocuteur accueilli. Ce suivi au cas par cas nous permet de prendre en compte les spécificités de chacun. Mieux accompagnés, vous saurez gagner en efficacité, en confiance et en autonomie.

En lien avec notre forte présence au sein des réseaux culturels de Bourgogne-Franche-Comté, nous nous attachons aussi à orienter nos publics vers les personnes et les ressources les plus pertinentes dans la région. À ce titre, nous avons anticipé la fusion des régions, en impulsant des partenariats avec de nombreuses structures bourguignonnes.

Dans le domaine culturel et artistique, la notion de bénéfice n’a pas la même résonance que dans d’autres secteurs d’activités. Pour autant, ces dernières années, la disparition croissante de structures et d’événements culturels rappelle qu’il y a un enjeu considérable en termes de structuration et de professionnalisation des pratiques, y compris chez les amateurs.